(Because I’m) Happy… Une série (sous) acide à découvrir

Moi qui pensais ne plus avoir rien à dire sur la télé, que me suis-je donc fourvoyé ! La surprise vient de là où je ne l’attendais pas et, boudiou, ça fait du bien ! En avant pour ma découverte du moment, sur le dos d’une licorne aux couleurs pastelles… Voici « Happy » !

Happy

 

Comment présenter Happy ? Difficile, mais voici les mots clés : tueur à gage, alcoolisme, décadence et licorne. Trouvez l’intrus ! —— BIIIIIP —– Il n’y en a pas ! Happy est une série mixant ce qu’il y a de plus mignon et de plus crade et cuisinant le tout pour en faire une bouillie addictive… Mais attention, si la licorne est des plus mignonnes, ne la présentez surtout pas aux enfants !

Happy

Happy, L’histoire en quelques mots :

Hailley, 10 ans, est enlevée alors qu’elle assiste avec sa mère à un spectacle de Noël dans un parc à New York. Ailleurs, Sax, sorte de Wolverine post biture croisé avec Al Bundy, liquide des malfrats acoquinés à la mafia locale et se retrouve pris en chasse par cette dernière. Après s’être défoncé à coup de pilules de nitro, Sax se réveille face à une jolie et gentille licorne bleue prénommée Happy qui lui annonce qu’il est l’ami imaginaire d’une enfant en danger et qu’il est venu chercher Sax pour la sauver. Passés les premiers instants de crainte de Delirium Tremens, Sax le crado, l’irrespectueux, le prêt à tout, va partir en chasse et va devoir affronter la mafia, les triades et Jerry Springer pour ramener la fillette, le tout sur fond de remarques à caractère sexuelles et de violence gratuite.

Bon ok, dit comme ça, on pourrait se demander ce que c’est que ce délire What-the-fuck-Deadpoolesque ! Et c’en est un sacré ! Tirée d’une BD de Grant Morrison et Darick Robertson de 2013, la série va cravacher tous les codes actuels pour nous en mettre plein la vue, nous filer des haut-le-cœur et nous faire supplier pour voir la suite.

Il est temps ! Voici la bande annonce :

 

Principal interprète et l’un des principaux atouts de la série, Christopher Meloni campe un Nick Sax dégueu à souhait, horripilant, hallucinant mais juste excellent ! Bien sûr, la série tourne autour de lui, mais boudiou qu’il est bon. Il en faut de la carrure pour incarner ce personnage et Misteur Meloni en a à revendre !Happy

 

A ses côtés, Patton Oswalt incarne Happy, la gentille petite créature imaginaire, pure, innocente, qui va salement s’en prendre en découvrant le point de vue que Sax porte sur le monde. Patrick Fischler, vient finir mon brelan d’atouts de cette série en incarnant un homme de main de la mafia parfaitement barré lui aussi.Happy

Contrairement à mon habitude, je ne spoilerai aucunement autour de cette série car elle vaut plus que la peine d’être vue, m’ayant arraché à chaque fin d’épisode une supplication pour voir la suite…

A vos écrans ! Prêts ? Délirez !

http://www.syfy.com/happy/about

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *