Découverte du jeu-vidéo indépendant « Splasher »

Pour son premier article, notre rédacteur se lance sur le test un jeu vidéo indépendant : Splasher.
Souhaitez la bienvenue à Zammon et souhaitons lui bonheur, amour et de nombreux articles sur le blog 😉 Ju2x

Si vous êtes fan de Super Meat Boy, vous avez très certainement entendu parler de Splasher !

Bon, pour les deux du fond qui dorment, sachez qu’il s’agit là d’un jeu français (cocoricoooo) reprenant avec brio ce qui a fait le succès des aventures du petit bout de viande.

Pourquoi en parler alors ? Tout simplement parce que le jeu pousse le concept un peu plus loin…

Splasher, c’est toute une histoire !

Le postulat de départ tient sur un post-it : vous êtes un ouvrier qui découvre l’horrible vérité qui se cache derrière son employeur (je vous laisse la surprise). Il faudra donc tenter de s’enfuir et de mettre fin a cette supercherie au travers des 22 niveaux que propose le jeu.

SplasherLe premier niveau nous place directement dans l’ambiance : il s’agira de traverser les niveaux en courant et en sautant pour esquiver les différents pièges habillement placés.

Jusque-là, rien de bien compliqué me direz-vous, jusqu’au moment ou l’on récupère ce qui fait tout le sel du jeu : un pistolet hydraulique, qui nous permettra de pouvoir démolir les ennemis les plus faibles ainsi qu’activer divers mécanismes, le tout sur 360 degrés. Au fil de l’aventure, notre héros pourra récupérer deux autres liquides pour son arme, l’un rose, qui lui permettra de s’agripper aux murs et aux plafonds, et un autre, jaune, ce qui lui permettra de rebondir à son contact.

Ce qui rend ce jeu si intéressant, c’est justement la difficulté progressive due a l’utilisation de ces 3 liquides. En effet, le jeu prendra un malin plaisir à vous faire enchaîner des phases de plate-forme, parfois assez ardues, et l’utilisation de votre arme.

Un jeu exigeant

splasherDifficile n’est pas le mot juste. Disons qu’il s’agit là d’un jeu exigeant. Le level design, très bien pensé, ne laisse rien au hasard, et même s’il faut de la patience, et un léger doigté pour en voir la fin, rien n’est insurmontable, là ou Super Meat Boy avait tendance une fâcheuse tendance à nous faire casser des manettes à une fréquence ahurissante…

Notre personnage évoluera à travers un hub où l’on débloquera les niveaux un à un, et vous devrez vous acquitter d’une lourde tâche, qui consistera à récupérer l’ensemble de vos 150 petits amis aux travers de ceux-ci pour espérer finir le jeu à 100%. Par ailleurs, finir un niveau en les sauvant tous permettra de débloquer le mode « time attack » de celui-ci. Parce que oui, la grande force de Splasher réside dans son mode « speedrun ».

Petite définition du speedrun dixit Wikipédia : « Le speedrun est une pratique liée aux jeux vidéo dans laquelle le but est d’atteindre le plus rapidement possible un objectif donné, le plus souvent terminer le jeu. »

On a donc un mode contre la montre sur chaque niveau, ainsi que 3 modes speedruns qui raviront les plus aguerris, agrémenté d’un leaderboard, de quoi motiver les plus téméraires ! On peut également noter que « RealMyop« , à participé à l’élaboration du mode speedrun. Si vous ne le connaissez pas, sachez qu’il est l’un des deux ambassadeurs historiques du speedrun en France (Vous pouvez le retrouver avec Coeurdevadale dans leurs excellentes émissions « 88 Miles à l’heure » & « Speedgame » sur Youtube), un gage de qualité en soi…

splasher

Difficile, mais qui tient ses promesses

Simple à prendre en main, difficile a maîtriser, Splasher est un jeu juste, dans le sens où l’erreur viendra de votre manque d’attention ou votre capacité a réagir dans l’urgence, mais jamais le jeu ne trahit le joueur. Même s’il s’avère assez court, on ne s’ennuie pas une seconde, et le jeu tient ses promesses.

On y joue avec plaisir, on souffre, on s’arrête, et au final, on s’y remet très vite tant il est addictif quand on aime les défis !

Pour plus d’infos

Site web du jeu

Le jeu est disponible la plateforme Steam à 14.90€ : http://store.steampowered.com/app/446840

 

N’hésitez pas à partager les articles et de nous rejoindre sur nos réseaux sociaux ! Ca ne vous coûte rien et ça nous encourage : Facebook, Twitter,  Google+, Instagram

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *