[Interview] Romain Gibier : Lorsque la photo mélange Pop Culture et Lego

Aujourd’hui, je vous propose de quitter le monde des jeux vidéo et de rejoindre celui de la photographie. Ne vous inquiétez pas, on reste dans notre univers geek quand même ! Et oui, Romain Gibier a réussi à mélanger sa passion de la photo avec celle de la culture pop en y rajoutant l’univers des Lego !

Mais qui est Romain Gibier ?

Romain Gibier - Romain
« A la base, je suis artiste de cirque, ce qui n’a aucun rapport avec la photographie, à part le côté artistique, s’amuse Romain. Ma mère faisait de la photographie, ma copine de l’époque aussi, et un jour je me suis décidé à tester l’appareil photo sur un tournage, où j’étais technicien lumière. Et au final, l’appareil m’a bien plus ! »

En revenant de cette expérience, et fraîchement armé de son Canon 450D, Romain se lance dans la photo de spectacle. Il couvre ainsi plusieurs concerts et participe au sein d’un collectif à la mise en scène photo de cosplayeurs lors de conventions. Puis il travaille au journal La Nouvelle République et couvre la rubrique Sport de celui-ci. Cependant, il continu d’étoffer son univers photo avec des projets personnels, notamment sa série BRICKS.

 

Le LEGO fait son cinéma

Romain Gibier - Batman v Superman
A la base, Romain travaillait déjà sur un projet photo de jouet intitulé Toys, dans lequel il mettait en scène un jouet d’enfance dans un décor original et décalé.

« Je voulais travailler autre chose que du modèle vivant. J’ai récupéré mes jouets et j’ai commencé à les mettre en scène de façon classique. Par exemple, des Warhammer qui savatent un Petit Poney, un Batman dans une ruelle de nuit ou un Panoramix en résine devant un bol, avec des bouillons de cube derrière ! Je cherchais pas quelque chose qui fasse uniquement joli, je voulais que ça soit également drôle ! »

Et de ce projet a découlé BRICKS.

« Des copains m’ont dit : t’as des Lego, pourquoi t’as pas fait de photos avec ? Bah oui, pourquoi ? Du coup, j’essaye et je fais trois photos type pour un salon à thème Lego, dont une avec une mise en scène de cinéma. Et à partir de ce moment-là, je me dis que le cinéma, ça peut être rigolo ! Et pourquoi j’essayerai pas de refaire une affiche ? » Le projet est donc lancé…

« Plutôt d’une affiche, j’ai refait une pochette d’album, celle de Metallica – St Anger, tout en Lego. Puis j’ai enchainé avec 2 pochettes  de Pink Floyd – The Wall et Dark Side Of The Moon. »
Romain Gibier - Pink Floyd

Procédé technique et démarche artistique

Lorsqu’on regarde les affiches de Romain, on se demande s’il n’y a pas un peu de retouches en images de synthèses…

« C’est que de la photo ! Même s’il y a de l’empilement derrière, notamment sur les affiches de films, à la base ce ne sont que des photographies. Même le texte est fait en Lego, lettres par lettres, que je détoure ensuite. Le texte est la partie la plus longue ! »

Vous l’aurez compris, à part un peu de retouche permettant de mixer plusieurs visages et de superposer les différents clichés, il n’y a pas d’ajout supplémentaire.
Romain Gibier - The Revenant
La photo résultante permet de présenter la culture Pop à plusieurs générations, et de faire réagir les gens entre eux.

« Il y a un côté transgénérationnel au projet : les enfants connaissent le Lego et les figurines, ça leur parle, tandis que leurs parents, ça va être plus ce qu’il y a derrière : l’affiche en elle-même ou la pochette d’un album. »

Romain nous fait part d’une anecdote amusante à ce sujet :

« Sur le dernier salon où j’ai exposé, un enfant regarde mes affiches et dit ‘Tiens, je connais pas ce film, ‘Bruce Springsteen !’ Je lui ai expliqué que c’était pas un film, mais de la musique ! Et les parents qui étaient à côté ont dit qu’il lui ferait écouter. Et ça, c’est ce que je recherche ! Que les enfants découvrent ces choses cultes de l’époque et qui, maintenant, ne leur parlent plus ! Et il faut que les parents les aident ! Et c’est pour ça que j’ai sorti ce projet. »
Romain Gibier - Kiss

Et pour la suite ?

« J’ai un gros projet en cours, autour de la valorisation du patrimoine par le jouet. Je récupère de vieilles figurines, ou je les achète sur des brocantes, et je refais l’intégralité des lieux cultes de Tours avec des jouets ! Le but est de faire un petit carnet de voyages de la ville pour la faire découvrir aux gens.»

Pour l’instant, le projet est en cours d’étude à la mairie, mais Romain est confiant : « Si ça ne marche pas à Tours, ça fonctionnera ailleurs ! »

C’est tout le mal qu’on lui souhaite ! 😉

 

Infos pratiques

Romain Gibier - Shining
Vous pourrez retrouver Romain Gibier et l’exposition BRICKS du 28 Avril au 1er Mai au festival « BienVenus sur Mars » au Centre Culturel de la Sarthe, au Prieuré de Vivoin (avec présence de l’artiste le week-end), et également à l’exposition « 100% LEGO » à Mulsanne, à la salle Edith Piaf le samedi 7 et dimanche 8 Mai.

Vous pouvez également retrouver l’ensemble de ses travaux sur :
Son site internet : https://romaingibierphotographe.smugmug.com/
Sa page Facebook : https://www.facebook.com/romaingibierphotographe/
Son Flickr : https://www.flickr.com/photos/romaingibierphotographe/albums

Et si vous êtes curieux, et souhaitez avoir plus d’informations à propos de Romain et de ses créations, je vous invite à écouter l’interview audio ci-dessous. On revient en détail sur son parcours et on parle également de convention du type Japan Expo, de Marcus et de pleins d’autres choses intéressantes !

Crédit photo : Romain Gibier, avec son aimable autorisation.

Clashern

Rédacteur pour le blog Simplecommegeek.net et animateur/gamer au skill incertain pour ma chaîne Twitch à mes heures perdues…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *