Logan, les vieux aussi peuvent tuer

Un vrai film sur le plus bestial des mutants… Sacré promesse que ce film nous faisait ! Pour les fans de l’immortel aux favoris, le troisième volet (si, si ! Il y en a bien eu deux avant) des aventures du mutant griffu s’annonçait comme l’épisode de la rédemption et c’est bien de rédemption dont il s’agit pour ses protagonistes. Petit retour sur mon visionnage de Logan.

Attention spoil

Le film est sorti il y a maintenant 10 jours. Vous avez eu suffisamment de temps pour aller vous enfermer dans les salles obscures, maintenant on peut en parler !

Avant de commencer

Avant tout, je dois dire que je n’ai jamais lu les comics des X Men et encore moins le Old Man Logan dont ce film semble s’inspirer. Je ne suis donc pas le mieux informé pour discuter du background de l’univers. Du coup, je me contenterai de partager mon appréciation en tant que spectateur lambada.. ou lambda, au choix.

L’histoire

Pitch de base :

Dans un futur proche (qui a dit facile ?), Logan prend soin d’un professeur Xavier vieillissant à la frontière Mexicaine (oui parce que l’Amérique est devenue une tyrannie totalitaire livrée aux trusts financiers. C’est fou où ils ont pu aller chercher une idée comme ça ?!). Tous les mutants sont morts et Logan, Xavier et Caliban, un vampire albino, se cachent en attendant d’économiser assez pour aller se dorer la pilule loin des méchants industriels (enfin, sauf Caliban, qui est allergique au soleil. Chiant le mec !)
Ces gentils plans vont être bouleversés par l’arrivée d’une jeune mutante chassée par de méchants humains améliorés et nos héros vont se retrouver embarqués dans une course poursuite pour trouver l’eldorado des mutants avant d’être rattrapés par les humains pas beaux…

Sacré pêle-mêle que tout ça, non ? Si l’histoire est, selon mes sources, soit très proche, soit très éloignée du comics originel (pratique comme info), elle nous livre une version très décalée de l’univers qu’on connaissait en sortant des différents films de X Men. Ici, il n’y a plus que quelques mutants survivants. Les autres ont disparu comme ça, d’un coup, et les nouveaux opposants de Logan seront les simples humains.

Mais, puisque Wolverine est quand même un quasi immortel avec des griffes, il fallait bien équilibrer le combat. 2 solutions pour ça.. D’abord, les humains disposent de membres cybernétiques (non, juste les bras et les jambes…). Secundo, Wolvie vieillit… Oui, le mec qui a fait la guerre d’indépendance des Amériques tout ça est devenu vieux et guérit beaucoup moins bien maintenant. Pourquoi ? Parce qu’il est malade. Oui, le mec qui survivait à tous les coups de feu, de lames et de pouvoirs cheloux est malade. Pourquoi ? Ca, on le sait pas… Mais au moins ça explique pourquoi il a quelques rides et cheveux blancs… D’ailleurs, le prof, lui aussi, a chopé un Alzheimer de derrière les fagots et yoyote un peu du ciboulot.

Sur ce, débarque une gamine mutante, qu’on découvre très vite qu’elle a les mêmes pouvoirs que Wolvie et qui, en plus, a le pouvoir de crier tout le temps de façon horripilante, qui vient chambouler la vie de la petite équipe. Décidant de l’emmener vers des coordonnées trouvées dans une BD (oui, oui), Logan et Prof partent en road trip vers le Canada avec une armée de mercenaires sur leurs talons.

Au final, l’histoire est assez classique : des gentils, une victime, des méchants super armés et super équipés qui les poursuivent. Sur la route, les gentils rencontrent d’autres gentils qui sont embêtés par d’autres méchants, ils les aident et continuent leur chemin, pour aller aider d’autres gentils.

Somme toute, les personnages sont très manichéens. Hormis Logan, qui a toujours été un gentil avec un caractère de méchant, les autres protagonistes semblent des blocs de sentiment unique.

Réaliste ?

La violence, véritable point fort de ce film ! (non je ne suis pas psychopathe !) Ici, pas de coup de poing qui assomme les méchants. Vous vouliez des tripes et des boyaux ? En voici, en voilà ! En même temps, ça faisait un paquet de films qu’on voyait une brute agiter ses griffes mais aucune victime (ou presque) exsangue ou estropiée.

Tout est remis en place dès les 3 premières minutes du film. On nous annonce le programme : mutilations, giclées de sang, cris, douleurs etc… Et c’est un festival pendant les 2 heures, à croire qu’on a mis ici tous les massacres qu’on n’avait pas pus placer dans les autres films…

Le ton du film est, de fait, bien plus sombre, bien plus réel. Plus réelles aussi sont les épreuves que doivent traverser les héros. Prof, qui, je l’ai dit, a la cafetière en fin de garantie, a des accidents de télépathie bien douloureux ; Logan morfle un max en se prenant des plombs dans le ventre ; la gamine, élevée en tant que future arme, vit tout ce qui lui arrive comme une agression. Tout ça nous donne un film plus proche de ce qu’on voit aux infos tous les soirs que d’un plan à la bisounours.

Sinon, bien le film ?

Oui, dans l’ensemble. Si on met de côté deux ou trois trucs…

D’abord, les méchants. Posés comme de terribles adversaires face aux mutants, ils n’ont finalement pas une place très importante. Le chef des mercenaires, qui, pendant tout le film, fait figure d’un big boss capable de tenir tête au « héros », se fait quand même éliminer très facilement. Pouf ! Un coup de super pouvoir mutant et t’es mort….
Ensuite, les enfants mutants, descendants éprouvettes de mutants super puissants, ont des pouvoirs somme toute assez risibles si l’on considère qu’on les a élevés pour être de futures armes. L’un à l’haleine si fraiche que son nom de super héros sera sans doute Tonyglandyl, l’autre est capable de commander aux herbes et autres essences de la nature mais ça limite quand même pas mal son champ d’action… A se demander si les méchants ont chopé l’ADN des plus puissants mutants ou des derniers de la classe… La gamine, elle, a le seul pouvoir vraiment offensif : des griffes, une capacité de régénération et une super agilité. Normal, c’est quand même la fille de Freddy Krueger avec des poils…

Au final, Logan nous donne un bon petit film d’action qui se rattrape pour toutes les occasions ratées où on aurait aimé voir la bête en costume d’homme sauter et lacérer ce qui passait à sa portée. Avec, comme d’hab, une fin ouverte promettant de faire arriver la nouvelle génération… Chouette ! On va encore aller au ciné !…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. fred dit :

    yeah! trop classe le g!
    ca donne envie!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *