Mad Max Fury Road : un paradoxe à lui tout seul ?

D’abord, on l’a voulu, ensuite, on l’a attendu, après on l’a vu (et on l’a eu dans le …). Retour sur le ni, remake, ni suite, ni cross-over « Mad Max Fury Road ».

Alors « Mad Max Fury Road » ? Bonne histoire ? Bon scénar ?

Yappa, question suivante….

Bon ok, y’a un pitch de départ, sans doute la plus grosse réplique du film. « J’ai perdu ma femme, mon enfant et mon portefeuille. Maintenant, je survis… » 20 secondes de présentation plutôt calme avant une tempête d’action et d’explosions de 2h. Une fois l’intro passée, le personnage de Max (interprété par Tom Hardy, le Bane du dernier et déplorable Batman) est posé et c’est parti pour un enchaînement quasi-stroboscopique d’événements hyper saccadés.

MadMaxFuryRoad-Simplecommegeek

Soit dit en passant, si vous avez vu les films précédents, ils ne vous serviront à rien puisque les héros n’ont en commun que le nom et la voiture. Par contre, si vous ne les avez pas vus, vous risquez de ne rien piger au monde dans lequel vous allez survivre pendant 2 heures. Paradoxal non ?

Résumé du film (je vais essayer de ne pas trop en dire) : Max barbu. Max fuit les méchants pas beaux. (*) Max capturé. (*) Max prisonnier. (*) Max échappé. (*) Max sauve tout le monde. (*) Voilà. Je laisserai le suspens en ne racontant pas la fin.

(*) = Boum pan patatrac pan pan pan re boum et pouf.

Edit : on vient de me prévenir que ce que j’avais écrit n’était pas compréhensible par tout un chacun. C’est normal, c’était du niveau du film. Voici une explication claire, en français (ou presque) dans le texte :

Max se fait capturer. Il est conduit pour servir de poche de sang XXL dans le repaire d’un gang de fanatiques, auprès desquels « Immortal Joe » joue les gourous en s’arrangeant son petit harem (et pas avec les plus moches bien sûr).

Furiosa, une de ses employées, enlève les bonasses, pardon les concubines, pour les conduire à la Terre Verte. Max (oh, le re-voilà) est emmené à sa recherche et par un concours de circonstances totalement incroyables que tu ne pourrais pas y croire sauf si c’est Hollywood qui te le dit, il se retrouve à aider les fuyardes (parce qu’on le sait, dans les films contrairement à la vraie vie, il faut toujours un mec pour faire ce que les nanas veulent).

Ils devront ensuite échapper à une armée de tarés façon Ken le survivant à bord d’un camion trafiqué qui rappellera aux amateurs celui du deuxième opus.

MadMaxFuryRoad

Le traitement du film ?

Je dois admettre que j’aime le principe du film, on nous plonge directement dans l’action et, dans ce monde post apocalyptique complètement fou, on essaie de comprendre à la volée ce qui se passe autour de nous. Si on loupe un truc en chemin, on ne nous l’expliquera pas 2 minutes après.  N’y allez pas si vous êtes épileptique ! Pour une fois, Hollywood ne prend pas les spectateurs pour des cons à qui il faut tout expliquer. Ça, c’est bien. Par contre, le manque de contenu rend le héros assez hermétique et finalement, on ne s’y attache pas ou très peu.

Parallèlement, on nous présente Charlize Theron, alias « L’impératrice Furiosa », une gagnante de Koh Lanta rasée façon Ripley dans Alien 3, avec un bras mécanique que tu te demandes comment que cela marche tout le long du film. Le personnage prend tant de place dans le film qu’on en finit par se demander pourquoi il ne porte pas son nom ? Réponse : « Furiosa Fury Road » serait moins vendeur !

FRD-02064r

En revanche, pour ce qui est du rythme du film, je vous avertis de suite : n’y allez pas si vous êtes épileptique ! Une fois le film commencé, la tête part en apnée pour 2H. Pas le temps d’intégrer l’action qu’une autre a déjà pris la place à l’écran. Un principe très bon pour une séquence qui durerait 10 minutes, mais au bout de 2h, t’as les yeux qui suffoquent et le cerveau qui pleure.

De bonnes idées quand même dans ce film ?

Oui c’est vrai.

D’abord, le style du monde post apocalypse est plutôt bon. Les véhicules sont magnifiquement bien conçus (une pensée particulière pour le camion-tambour de guerre qui fera frémir les fans de Rammstein). Le système D a été plutôt bien pensé. À coup de bricolage et de récup, les survivants se sont fait un monde assez crédible, utilisant à la fois l’énergie humaine des semi-esclaves, semi-adeptes de secte, et celle des moteurs à explosion qui bizarrement fonctionnent du feu de dieu alors qu’aujourd’hui, il te faut 15 garagistes et 42 commandes au constructeur pour changer une durite qui fuit.

FRD-DS-00072

 

Ensuite, les méchants. Même s’ils sont assez caricaturaux, on aime voir ce que ceux qui ont le pouvoir aujourd’hui pourraient devenir s’ils devaient régner après la guerre thermonucléaire totale, des personnages grotesques, mais une fois encore limite crédibles.

MadMaxFuryRoad_02

Enfin, point moins important quoique mieux traité que l’histoire de Max selon moi, le fanatisme a évolué d’une façon assez amusante. En voyant les jeunes croyants s’asperger de peinture chromée avant de donner leur vie pour aller au Val-Allah, je m’attendais à une connerie sortie de Conan :  » par Chrome ! «  ;-p La dévotion du peuple au maître Joe est totale et, à le voir, en user et abuser, on se dit pendant tout le film que le voir chuter va être plutôt jouissif.

Et maintenant, les points noirs ! (nan, pas les boutons !)

À ce niveau, je dirai que je n’ai ptet pas tout pigé en rappelant que le rythme était des plus soutenus. Il y a quand même quelques erreurs ou du moins, des flous que j’ai relevés :

  • Passage rapide sur l’intro au discours plutôt sensé dans lequel Max se déclare fou. Y’a pas comme un paradoxe nom de Zeus ?… On me dira qu’il se demande s’il est sain dans un monde de fou ou l’inverse, mais je crois que la réponse est donnée d’entrée non ?
  • Dans l’intro encore, Max dit qu’il a été flic. 10 minutes (ou une heure ?) plus tard, Furiosa raconte qu’elle a été capturée enfant dans les terres vertes et blablabla sniff. Vu qu’ils semblent être proches d’âge, n’y aurait-il pas comme une incongruité ?
  • Petite critique sur l’image romantico-moralisatrice de fin du film : les héros en fuite doivent faire demi-tour et revenir en arrière pour pouvoir survivre, parallèle de l’histoire de Max qui, vivant dans le passé et ses erreurs commises, doit revenir en arrière et accepter les événements passés pour pouvoir continuer d’avancer.

Une conclusion ?

Mad Max Fury Road a somme toute réussi à apporter un nouveau souffle à la franchise, le travail de l’image et le design y étant pour beaucoup. Bien que Tom Hardy ait le charisme d’une huître Vu qu’ils semblent être proches d’âge, n’y aurait-il pas comme une incongruité ?

Je dois admettre qu’il a la gueule de l’emploi et qu’il a été bien dirigé. Ayant déjà été prévu pour des suites, 5 ou 6 films en tout à ce que j’ai pu en apprendre, j’espère juste qu’on pourra s’attacher un peu plus aux personnages et au monde dans les prochains, et qu’on évitera de nous resservir un pavé monté par un parkinsonien adepte du morse.

MadMaxFuryRoad-Simplecommegeek

www.madmaxmovie.com

Photos : Warner Bros

Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. coco74 dit :

    J’ai eut 2 surprises dans l’année et mad max en fait partie.
    On va voir du madmax quoi ! Il n’y a rien qui met en péril les bases déjà aquises dans les précédents films: Le scénario ? Faut il le critiquer? Il n’y a pas d’histoire comme dans tous les autres films mais les événement sont bien ficelés.
    Dire que l’on en a mare au bout de deux heures est aussi un contre sens: L’action est la base des 4 films, avec la bande annonce et les autres films, on est averti. Si on en a mare, on va voir le dernier Disney.
    Effectivement, je suis d’accord sur le carisme du perso principal mais je trouve qu’il joue bien et reste énigmatique, introverti…
    Ce que j’ai aimé dans le film c’est surtout les méchants, la démesure et le fait qu’ils soient complètement fous !
    J’hespere qu’il y aura la suite de cette trilogie rapidement…

  1. 26 mai 2015

    […] au précédent article du blog : « Mad Max Fury Road : un paradoxe à lui tout seul ?« , je ne peut m’empêcher de partager la vidéo qui suit. Il s’agit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *