Mission Impossible Rogue Nation

Me faire plaisir au ciné ? Mission Impossible !

L’été se termine et j’ai de nouveau l’envie de venir vous narrer mes excursions cinématographiques.
Hé oui, ça fait un moment ! M’enfin bon, l’été, le soleil, la plage, les filles… normal que je me sois fait dorer la pilule !… derrière mon bureau… au boulot…
Enfin bref, l’été se termine donc et nous a gâté avec ses super-méga-blockbusters. En lisse, entre autres, les dinos pas jojos de Jurassic World, les ridiculement petites aventures d’Antman, papy
Terminator et autres minions. Je passerai sur tous ces films, tellement transparents que je me demande encore si je les ai vus et vous parlerai du dernier vu, j’ai nommé Mission Impossible Rogue Nation.

Mission Impossible Rogue Nation

Alors « Mission Impossible Rogue Nation » ? Que dire de ce navet ?… Oups, je viens de répondre. Voilà, fini…







Quoi ? Du détail ? Tu veux du détail ? Y’en a aucun dans ce film et tu veux que je t’en donne ?!… Bon… Ok

Comme la plupart d’aucun d’entre vous tous, j’ai pris l’habitude de ne plus lire les critiques, de zapper les bandes annonces et de me fermer les oreilles aux avis sur les films du moment, histoire
d’éviter toute impression, mauvaise ou pire, qui pourrait venir obscurcir mes critiques tellement objectives. Pas de bol, quand tu vas au ciné, et quand tu n’as pas droit aux demi heures de pubs et
autres comptes à rebours de m…erde, tu te tapes des aperçus de plus en plus longs qu’à la fin tu te dis que t’as déjà presque tout vu. J’avais donc déjà une idée du film que j’allais voir.

Super, une méga scène où il s’accroche à un avion !”, “Youhou, une super organisation secrète avec des agents super entraînés pour faire le contraire de ce que Tom Cruise fait !”, “Wah, un max d’action encore !”… (ouais, c’est vrai que je cherche pas forcément des films à haut niveau intellectuel..).

Problème, tout grand, beau et ténébreux que je sois (bin quoi ? Je fais un peu de placement produit comme à Hollywood !), je ne suis pas à l’abri d’une méprise et la méprise était grande dans ce film d’action.

Un film d’action ? Où ça ?

Je l’ai dit, la bande annonce était alléchante et pleine de promesses. Le problème, c’est qu’au générique de fin, j’attendais encore qu’on les tienne. Bien que quelques scènes d’action viennent
ponctuer les égarements métaphysiques du film, une fois les comptes tenus, on se retrouve avec 5 ou 6 scènes tout juste passables. Ok, la qualité des performances reste indéniable voire
impressionnante, mais ces scènes ont un sacré goût de déjà vu. Où est la démesure ? Où est la folie ? Nous aussi on en veut toujours plus !

Une raison ? Tom Cruise a maintenant la cinquantaine passée et continue à vouloir faire les cascades lui-même, sans doublure. (En passant, la scène de l’avion de la bande annonce a été
réellement filmée avec gourou Tom accroché sur la carlingue. ) C’est tout à son honneur mais quand le physique s’épuise, il est temps de passer la main monsieur croisière. (Put… de traduction
automatique !).

Mission-Impossible-Rogue-Nation-simplecommegeek1Mission-Impossible-Rogue-Nation-simplecommegeek5

L’histoire

Houla ! Gros morceau ! Enfin, pour ma part, parce que côté idée de départ, y’a pas énorme : “Et si on disait que l’équipe Mission Impossible devait faire face à une équipe Anti Mission
Impossible ?…” Voilà le postulat de départ. Il est d’ailleurs clairement exposé par Simon Pegg dans la bande annonce (encore elle).

Topo rapide du début : Tom Cruise a sauvé le monde encore une fois. Il va dans une boutique de Londres pour choper ses nouveaux ordres façon “Vous auriez un parapluie bleu pervenche ?.. Non,
monsieur, mais j’ai des tongs à semelle compensée.” Il se fait couillonner et capturer par des méga méchants qui tiennent plus du petit mafieux que de l’agent sur entraîné. Une nana que tu sais pas si elle est gentille ou méchante mais qui prend soin de ses chaussures arrive, le libère et là, le pauvre Tommy se retrouve sans job parce que Alec “Tête de Bogoss” Baldwin a dissout l’unité. Seul contre le monde entier, l’agent Hunt doit échapper aux agents de son pays tout en traquant l’équipe de méchants que personne ne croit qu’elle existe…

Suite du film, attention spoil : Tom Cruise retrouve son équipe, embarque la donzelle, se re(re-rere) fait pigeonner et sauve le monde.

J’attendais énormément du Syndicat. Une super organisation aussi bien foutue que la force mission impossible mais qui cherche à faire exploser le monde, ça devait carrément le faire non ? Si les
méchants sont aussi bien entraînés que Tom Cruise, le film va déchirer son slip non ?

Hé bin non ! Au final, les agents ennemis ne sont que de pâles hommes de main, vite oubliés, la caméra et le film restant principalement braqués sur leur chef, Sean Harris alias Solomone Lane, le
pire génie du mal depuis longtemps (pire dans le mauvais sens du terme, s’il y en a un). Oh, c’est vrai, il est effrayant avec son regard de basset. Houla, il doit être carrément vilain ! Bin non en fait,
tout le long du film, son manque de charisme donne plutôt l’impression qu’il vient remplir son rôle de méchant comme il aurait pu tenir celui de plombier ou de cruciverbiste.

Autre point sacrément négatif, où sont passés les équipiers de Hunt ? Bien qu’ils apparaissent à l’écran, ils servent ici bien plus de faire valoir que d’assistance au héros. Quelle tristesse de voir
Ving Rhames relégué au rang de rien du tout parce que Simon Pegg lui a volé le rôle de geek de l’équipe ! Pegg qui, une fois de plus, sert de contrepoids comique dans les pires situations, son seul
instant sérieux manquant terriblement de crédibilité. Je ne parlerai pas de Jeremy “Oeil de Vrai Con” Renner qui promettait pourtant à la fin de l’opus précédent, d’être un super acolyte pour
l’héroïque Tom Cruise. Ce dernier aurait-il eu peur qu’on lui vole la vedette ?…

Mission-Impossible-Rogue-Nation-simplecommegeek4

Dernier point sur , alias l’agent double ou triple (je sais plus) britannique, Ilsa Faust. Bon alors là 2 secondes, déjà Ilsa, j’ai pas l’impression que ça sonne english mais plutôt
autrichien ou tous ces pays de l’est, et Faust, rien qu’au nom tu sais qu’elle va t’attirer des emmerdes ! Au final, on se retrouve avec une alter ego plus ou moins féminine d’Ethan Hunt,
oscillant tellement entre le bien et le mal qu’elle finit par nous filer le mal de mer.

Mission-Impossible-Rogue-Nation-simplecommegeek_rebecca_ferguson

Le style

Sprint final sur la réalisation du film, confiée à Christopher Mc Quarrie. J’avoue, ce nom ne me disait rien et en fouillant, j’ai compris pourquoi. Scénariste entre autre sur The Underworld (pas
celui avec Kate “Quand tu veux” Beckinsale), Jack Reacher (avec Tommy), Jack le chasseur de géant (déjà oublié) et Edge of Tomorrow (que j’aimerai bien oublier et avec Tommy encore), l’ami
Chris n’a que quelques films à son actif en tant que réalisateur. Cela explique peut-être le mélange maladroit des styles, le mauvais dosage entre humour, action et réflexion.

Petit clin d’oeil rapide sur la technologie employée dans le film. Toujours au top, elle a cependant perdu en réalisme ou du moins en pertinence. Pensée spéciale pour la scène de l’opéra où chacun
sort son petit gadget, tac l’ordi planqué dans un flyer, tac le flingue dissimulé dans une matraque (je vous cache le reste), qui conviendraient, séparément, dans un James Bond (un vrai hein, pas celui avec le parpaing) mais qui ici te font l’effet d’une foire au jouet pour méchant garçon.

Turandot, qui ça ?

Un dernier point pas prévu mais intéressant sur le thème récurrent du film. Dans la première partie, une scène se passe dans un opéra où l’on joue l’opéra Turandot. Ne cherchez pas, j’ai déjà fait un coup de Wikipédia et voilà le résumé :
Turandot est une princesse complètement garce qui promet sa main à celui qui remportera son épreuve : résoudre trois énigmes. Un jour, un prince sans le sou arrive, lance un gros Fuck à son
père et à la femme qui l’aime, gagne le Question Pour Un Champion et emballe la princesse.

Pourquoi je vous parle de ça me direz-vous ? Bin pour rien… c’était pour votre culture générale…

Mission-Impossible-Rogue-Nation-simplecommegeek-turandot

SPOIL : Mais si ! En fait, le thème musical de la pièce est souvent repris dans le film pendant les interactions entre Ethan Hunt et Ilsa Faust. D’où la question, si les emmerdes sont les épreuves que le héros doit traverser, quand est-ce qu’il embarque la fille ? Pourquoi se tire-t-elle à la fin ? Les génies d’Hollywood auraient-ils déjà prévu le numéro suivant ? D’ailleurs, soit dit en passant, dans ce film, rien à secouer de Madame Julia Hunt qu’il a mis deux épisodes à mettre en sécurité.

En conclusion

Film vraiment pas terrible. A voir s’il n’y a rien d’autre quand il passera à la télé, sans savoir sur quelle chaîne exactement.. (Oui, je sais, conclusion rapide mais là j’ai la dalle)

A bientôt

G

Mission-Impossible-Rogue-Nation-simplecommegeek_affiche

Sources :

Paramount Picture France

www.missionimpossible.fr

Turandot – http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Theatre/Turandot

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Stéphane M dit :

    Avec tout ça, j’ai plus vraiment envie d’aller le voir 🙂 .
    Tom Cruise en prend plein son grade et ne semble pas être dans les petits papiers de G.
    Affaire à suivre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *